Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Deodatie-Info-Gilou.over-blog.com

Le FIG inconnu et décentralisé...

6 Octobre 2017, 21:54pm

Publié par Gilou

Continuité du FIG en déodatie :

Saint Dié :

Le 29 septembre 2017 à  10h00.

Elle s’appelle Patricia Loué. Peintre et sculptrice (plasticienne), elle est venue de Paris pour exposer au FIG 2017 déodatien.

C’est dans l’aile gauche de la Maison de la Solidarité qu’elle a exposé ses œuvres à un très large public. Patricia développe une recherche picturale sur la représentation du territoire, sa cartographie imaginaire …

Son imaginaire cartographique, c’est un travail d’expérimentation sur l’écriture du monde, la construction du langage qui le dessine. C’est aussi une tentative de proposer une vision à venir, mais également une démarche de conviction, imprégnée et réfléchie de la réalité du lien humain et du partage des savoirs.

Patricia est une Artiste-Associée à l’ERST (Équipe Réseaux-Savoirs et Territoires) de l’ENS –Ulm. Membre de Métrodiff (Métrologie-CNAM), elle développe une démarche de création-visualisation des … territoires de recherches avec ses ateliers et des « récits-conférences ».

Elle vit à Paris et à St-Denis où son atelier se trouve sur un site historique de l’orfèvre Christofle.

Un public, qui passage obligé pour se rendre sur d’autres exposition à l’étage, n’ont pu que s’arrêter devant ses œuvres qui ont pu être contemplées avec une larges intention d’admiration.

Fraize :  

Le 29 septembre 2017 à 15h00.

C’est au Centre d’Animation Municipal de la localité, qu’Éric Maire (ingénieur de recherches au CNRS Géode de Toulouse) a fait son débat. Le sujet portait sur les espaces des abeilles. Il a relaté la vie des abeilles et des hommes, dans des liens anciens antre les agriculteurs et les butineuses, le recueil du nectar des fleurs, les habitations  des ruchers traditionnel. La complicité de l’homme et l’apidé travailleuse dans les liaisons entre les usages agricole et ceux de la forêt et de sa lisière, tout en concluant les espèces locales résistantes aux prédations locales.

Cette conférence, très appréciée de la cinquantaine de personne, portait sur les années d’avant1950 à nos jours.

La bibliothèque municipale avait installé à cet effet, une petite exposition littéraire sur les lapidés et leurs milieux.

Anould :

Le 29 septembre 2017 à 20h00.

Dans la salle des mariages de la mairie d’Anould, le maire Jacques Hestin et une partie de son conseil avec les responsables de la médiathèque locale, recevaient le couple Anne-Laure Le Guerne et Jean-François Thémines de l’Université de Caen.

En présence de plus que quatre-vingt personne, il a été proposé au public présent, une conférence Géo-Duc sur les Animaux de la Route avec en sous-titre « Ce que les camions pourraient nous  dire..  si nous les regardions ! ».

Le couple s’est exprimé à tour de rôle, sur l’animal, le camion et une enquête visuelle à partir de pratiques ordinaires

de la route et du côtoiement des poids-lourds, avec ces questions : Que voyons-nous des animaux à partir de cette expérience ordinaire ? Qu’est-ce que cela apprend au public le rapport humain avec l’animal ?.

C’est ainsi qu’il a été détaillé :

Lire le monde par les camions : une méthode !

Mobilités « humanimales » : un espace comme de mobilités en camions, réglementé !

Le bestiaire des poids lourds !

La condition animale. !

Le public très attentif a pu constater que l’être humain en l’occurrence le routier, avaient l’animal. L’homme a démontré sa préférence en décorant son poids lourds par des dessins, des images des animaux préférés ou une fresque sur les remorques.

Saint-Dié :

Le 1er Octobre à 15h30 :

L’association « Deneb Astronomie » déodatienne a participé à sa manière au FIG 2017.

Installée au 1er étage de l’Espace Copernic, le président et ses membres ont relaté la vie de L’Abbé Cavaille. En effet, celui-ci a découvert le ciel Austral (nouvel géographie du ciel) d’un autre lieu connue des Français. Né en décembre 1973 à Rumigny dans les Ardennes), l’abbé Cavaille étudie la rhétorique et la philosophe du collège de Lisieux à paris. Après le décès de son père, il entre au collège de Navarre où il poursuit ses études de théologie et de géométrie. Recruté par Jacques Cassini, tous deux effectue une triangulation des côtes Françaises.

En 1741 il est élu astronome-adjoint à l’académie des sciences au collège Mazarin (Palais de l’institut) où son premier observatoire est construit.

En 1950, il part pour le Cap de Bonne Espérance où une année après il effectue un relevé du ciel austral. En 1952 c’est la triangulation de 1 degré de méridien au cap et il en réalisé la première carte.

De retour en France en 1754, il reprend ses observations et meurt à Paris le 21 mars 1762.

Le public comptabilisé à plus de 500 visiteurs durant les trois jours du FIG a satisfait l’association Deneb Astronomie. Les personnes ont pu découvrir la vie de cet homme et également observer les astres depuis un télescope « Célestron 5 » mis à leur disposition en direction du ciel déodatien.

Le seul souci, c’était l’emplacement bien bas du point d’observation depuis la petite salle mise à disposition. Il est vrai qu’un point plus haut comme signalé par un visiteur : «  Pourquoi ne pas être installé dans la tour de la liberté, avec des télescopes sur la terrasse du toit qui est très accessible »… question-réponse à suivre pour les prochains FIG.

 

Commenter cet article