Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Deodatie-Info-Gilou.over-blog.com

Saint-Dié-des-Vosges : La journée de la femme = des femmes d’honneurs.

9 Mars 2020, 20:38pm

Publié par Gilou

Rappel : Pourquoi la journée de la femme ?

 

La Journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars de chaque année par des groupes de femmes dans le monde entier. Elle est également célébrée à l'ONU et, dans de nombreux pays, c'est un jour de fête nationale.

C’est dans le grand salon de la sous-préfecture Déodatienne, que Sylvie Siffermann Sous-Préfète de l’arrondissement mettait à l’honneur 9 femmes de son district le 9 mars dernier à l’occasion de la Journée de la Femme fêtée chaque année le 8 mars dans le monde entier.

À cet effet Sylvie Siffermann recevait des femmes de Valeurs qui ont des métiers à risques et qui s’engagent dans leur honneur à protéger les biens et les personnes.

Étaient ainsi reçus :

Alexandra Aquilano, adjudant de la Gendarmerie de Saint-Dié-des-Vosges ;

Jennifer Arsenov, responsable adjointe de poste de police municipale à Gérardmer ;

Sandrine Dufrenne, brigadier du groupe d’appuie judiciaire brigade accident ;

Marcelle Florentin, responsable distribution alimentaire à la Croix Rouge ;

Stéphanie Lagouche, brigadier-chef principal responsable unité de quartier à Saint-Dié-des-Vosges ;

Audrey Lhomme, sergente cheffe du SDIS de Raon l’Étape infirmière en chirurgie ;  

Sonia Mangeolle, garde-champêtre chef, police municipale de Raon l’Étape ;

Caroline Mareau, sergente cheffe SDIS Saint-Dié-des-Vosges, infirmière en psychiatrie de liaison et d’urgence ;

et

Chantal Weill, présidente de France Victime en Déodatie.

Une assistante de régulation médicale au SDIS et SPV à Saint-Dié-des-Vosges et au SAMU 88 a été excusée.

Toutes ces femmes qui donnent leur temps et l’amour de leur métier ainsi que leur responsabilité respective, ont échangé leur emploi et fonction chacune en ce qui les concerne devant Madame la Sous-Préfète.

Ce fut un bel échange entre tous ces services dans une ambiance conviviale et autour d’un excellent repas offert par Sylvie Siffermann.

Il va de soi, que l’un des sujets abordés a été celui des Violences Conjugales » envers la femme et que de nombreuses questions-réponses ont été échangées.

 

À retenir à cet effet que le réseau de confiance doit se faire entre la victime et l’intervenant quelque soit son niveau. Il a été noté que ces actes sont révélés par les victimes elles-mêmes (oui, les hommes également avec 28% des cas) qui prennent conscience bien tardivement de ce qui leur arrivent. Mais la dénonciation n’est pas chose facile car « l’enquêteur » se doit d’entrer dans la vie du couple, marié ou non, et la peur de représailles est souvent là.

Ces violences, (coups, blessures, moralement, situation préoccupantes etc... Elles sont tellement nombreuses et inconnues...) sont également signalées par les enfants du couple (psychologiquement touchés), les établissements scolaires, employeurs etc… dans des contextes bien difficiles tant pour le dénonciateur que la victime.

La levée du secret médical ne serait-il pas une bonne décision à prendre pour vaincre ce fléau ? Une étude est en cours espérant que les accords en seront positifs…

Après ce déjeuner très apprécié de toutes, chacune a pris congé auprès de madame Siffermann en la remerciant de cette invitation et toutes sont reparties avec le Guide des Professionnels en Déodatie sur les gestes d’urgences dans le cadre des Violences Conjugales offert par madame la Sous-Préfète, mémento qui comporte l’outil indispensable sur le « Violentomètre ».

RENSEIGNEMENTS DIVERS :

À rappeler que le numéro d’appel 3919 est accessible gratuitement de 09h00 à 22h00 du lundi au vendredi et de 09h00 à 18h00 les week-ends. Ce n’est pas un numéro d’urgence, mais un numéro d’écoute anonyme dédié aux violences conjugales.

 

Seuls les numéros d’urgence sont :

Police ou Gendarmerie : 17 ou 112 (appel gratuit) ;

SOS Viols : 0.800.05.95.95 (appel gratuit et anonyme) du lundi au vendredi de 10h00 à 19h00 ;

08 Victimes : 08.842.846.37 (numéro destiné à toutes les victimes, dont celles de violences conjugales. Prix d’un appel local disponible tous les jours de 09h00 à 21h00) ;

SOS Violences Familiales : 01.44.73.01.27 (association spécialisée dans l’accueil et l’écoute des hommes violents).

Comment signaler les violences :

En appelant le 17 ou le 112 ou le 115 (victimes sans hébergement) ou 114 (malentendants) ;

En se déplaçant dans les brigades de Gendarmerie ou les commissariats de Police ;

En contactant le portail interministériel de signalement en ligne des violences sexuelles et sexistes : www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr

Ce site est disponible 24 h / 24 et 7j / 7.

 

 

 

 

 

Commenter cet article